Bipolarité, psychiatrie et CBD

clown enfant article CBD Quebec Ju et Mel bipolaire


Si l’ours blanc vivait sur les deux pôles, il serait bipolair
e


Gaëtan Faucer

En tout premier lieu, je voulais vous confier une discussion que j’ai eu lors d’un déplacement en avion avec une femme. Cet échange m’a amené à écrire sur le trouble bipolaire.

En fait, elle et moi avons bien sympathisé grâce à un passé commun de soignante à l’hôpital.

Elle étant encore en fonction, nous avons partagé nos points de vues, nos galères et moments cocasses. Ces métiers facilitent la communication, l’ouverture d’esprit à mesure que le temps passait j’ai compris que j’avais à faire à une mère très épuisée.

Résumé de la situation

Elle m’a parlé de son fils qui fume du cannabis et qui à des troubles d’humeurs graves, elle suppose un trouble bipolaire. C’est à dire, que depuis qu’il a commencé à fumer du cannabis sa situation s’est dégradée. Difficulté à l’école, problèmes relationnelles…

Elle s’en veut énormément, de ne pas avoir dit, ou de ne pas avoir agit.

À l’heure actuelle, c’est un jeune trentenaire qui a du mal à garder un job, une vie sociale compliqué. C’est surtout ses excès de colères, ses intenses joies suivies de profondes dépressions qui inquiètent sa mère. Mais aussi, sa consommation de cannabis régulière.

On ne juge pas, on ne stigmatise pas

Au sujet de, son fils nous ne le jugeons pas du tout, nous relatons au mieux les faits. D’ailleurs, j’ai débuté par expliquer à cette femme que j’avais moi-même consommer des joints plus jeune mais que je n’avais pas aimé cela. J’avais une situation familiale plus ou moins bonne et une scolarité très difficile.

Mais je n’avais pas continuer à consommer. Ce qui m’a frappé c’est son épuisement, sa culpabilité intense. Elle pense que si elle avait agit différemment elle aurait pu orienter les décisions de son fils.

En ce qui me concerne, je pense que l’environnement peut influencer nos futurs choix. Mais que certains jeunes sont plus ou moins fragiles. Qu’ils sont peut être plus prédisposés à développer des troubles et/ou avoir besoin de s’évader.

Fumer des joints en étant adolescent ne veut pas dire que vous aurez tous le même parcours.

C’est un jeune qui va rien faire de sa vie avec ses joints. Ah?! et quand toi adulte tu bois tes verres chaque soir pour relaxer? ou tes trois bouteilles de vin le dimanche en famille on en parle?

THC adolescence futur adulte

Conformément, aux connaissances actuelles le THC est psychoactif, y’a pas de secret. D’après les études révélées nous savons qu’à fortes doses il peut accentuer un état déjà d’angoisse, d’anxiété. Il peut réveiller des troubles psychiques de même, qu’il engendre une tolérance.

Le THC n’est pas le diable en personne. Il soigne même des maladies lourdes.

Je pense qu’il doit être consommer en connaissance de cause. On peut fumer pour le plaisir, les sensations que l’on ressent, s’amuser. Mais qu’une personnes aux antécédents psychiatriques ou maladies neurologiques clairement établis devrait rester très prudente.

Quoi conseiller à cette mère?

En ce qui concerne cette femme, elle m’a expliqué que dans sa sphère familiale il y avait des cas de troubles neurologiques. Cela dit, faire des raccourcis, des analyses de son propre chef n’est clairement pas suffisant.

Je lui ai donc conseillé de se tourner vers des cliniques spécialisées dans le cannabis thérapeutique. Pour commencer, une clinique de ce type n’est pas dans le jugement (normalement), elle valide l’utilisation de cette plante comme soin.

Le cannabis est considéré comme une réelle solution, un véritable traitement pour divers cas.

On sort de la critique, du côté agressif pour offrir des alternatives aux patients comme le fils de cette femme. Pour notre part, c’est le regard que l’on a face aux cliniques.

Finalement, je lui ai indiqué que l’huile de CBD en traitement de fond pourrait aider son fils. Qu’il pourrait peut être continuer à fumer ses joints (modifier la souche, les ratio..), tout en prenant de l’huile matin et soir.

Ainsi, le CBD permettrait d’atténuer ses phases dépressives, maniaques, lui offrant éventuellement une stabilité d’humeur. Par conséquent, modifier sa consommation et/ou sa vie actuelle.

J’ai été très clair:

Je ne suis pas médecin, mes suggestions sont liées à des connaissances sur des lectures, études. Mais en aucun cas je me suis permise de lui dire que c’était LA SOLUTION. De plus, il est impératif de se faire suivre par un professionnel de la santé, car comme je lui ai dit, chaque cas est très différent.

Tout traitement à base de cannabis sera différent d’une personne à l’autre. De surcroît, la consommation de cette plante demande du temps, un vrai suivi, des évaluations, des ajustements…

Alors le trouble bipolaire et le CBD?

Rien de plus imprévisible qu’un bipolaire à veste réversible

Gerald-junior

En ce qui concerne cette maladie, elle fluctue entre deux pôles, l’un maniaque et l’autre dépressif. Elle est désignée comme un trouble de l’humeur. Très difficile à vivre autant pour le patient que pour l’entourage comme me l’a confié cette mère.

En somme, c’est comme des sautes d’humeur extrêmes, des phases émotionnels hautes pour des chutes violentes. D’un côté, vous êtes euphorique, plein d’énergie jusqu’à devenir anormalement irritable. À l’inverse, vous êtes déprimé, désespéré et n’avez plus aucun plaisir, ni d’intérêt pour rien.

D’une façon générale, vous ne pouvez contrôler vos changements d’humeur. Cela affecte le sommeil, le jugement, le comportement, la vie sociale et la capacité de penser.

Les 4 Types de troubles bipolaires

Selon National Institute of Mental Health , voici les quatre types:

  • Trouble bipolaire de type I – défini par des épisodes maniaques qui durent au moins 7 jours ou par des symptômes maniaques qui sont si graves que la personne a besoin de soins hospitaliers immédiats. Habituellement, des épisodes dépressifs surviennent également et durent généralement au moins deux semaines. Des épisodes de dépression avec des caractéristiques mixtes (dépression et symptômes maniaques en même temps) sont également possibles.
  • Trouble bipolaire II – défini par une série d’épisodes dépressifs et hypomaniques, mais pas par les épisodes maniaques à part entière décrits ci-dessus.
  • Trouble cyclothymique (également appelé cyclothymie) –défini par de nombreuses périodes de symptômes hypomaniaques ainsi que de nombreuses périodes de symptômes dépressifs d’une durée minimale de 2 ans (1 an chez les enfants et les adolescents). Cependant, les symptômes ne répondent pas aux exigences diagnostiques d’un épisode hypomaniaque et d’un épisode dépressif.
  • Autres troubles bipolaires et connexes, spécifiés ou non,définis par des symptômes de trouble bipolaire ne correspondant pas aux trois catégories énumérées ci-dessus.

Les recherches avec l’huile de CBD

D’abord, des notions difficiles à faire entendre:

  • L’huile de CBD n’est pas psychoactive (moins de 1% de THC)
  • Des produits existent sans ressentir de Buzz
  • Le THC n’est pas à jeter, le THC soigne
  • Le THC peut être récréatif ou curatif  

Au fur et à mesure, on dévoile les bénéfices de cette plante, retrouver nos articles sur la dépression, l’anxiété… Il y a 113 composés dans la marijuana, les deux plus connues: THC – CBD

Une étude publiée en 2010 par Psychological Medicine a révélé que le cannabis améliorait le fonctionnement cognitif.

L’utilisation de CBD a les mêmes propriétés antipsychotiques et anticonvulsives que les traitements conventionnels des troubles bipolaires, selon des études de 2005 publiées dans le Journal of Psychopharmacology.

Phase maniaque réduite

Étude de 1998 publié dans le Journal of Psychoactive Drugs , les patients ont indiqué que la consommation de cannabis fonctionnait mieux que les traitements conventionnels utilisés.

À savoir, qu’ils indiquent que d’autres études sont nécessaires. Cela dit ils concluent que le CBD aide à atténuer les phases hypomaniaque. (épisodes euphoriques)

Phase dépressive réduite

Étude de 2007 dans le Journal of Neural Transmission à montré que la densité des récepteurs CB1 était réduite pendant la période dépressive du trouble bipolaire.

L’utilisation de CBD peut aider à restaurer, car la CBD fonctionne avec les récepteurs CB1 pour aider à la dépression. L’huile améliore l’humeur grâce à ses effets sur les niveaux de sérotonine dans notre corps. Après quoi, le CBD peut aider à dormir et dissiper les symptômes dépressifs.

Les médicaments et l’addiction

Il existe des wagons de médicament pour pallier aux troubles bipolaires, il en va de même hélas pour les effets secondaires graves. Voici quelques noms:

  • Lithobid,
  • Symbyax,
  • Les benzodiazépines comme Xanax
  • Valium et Klonopin…

Paradoxalement les effets secondaires peuvent entraîner un trouble maniaco-dépressif, des idées suicidaires, une prise de poids, des troubles du sommeil…

Photo de CBD Quebec Ju et Mel nature article bipolaire
Photo de CBD Quebec Ju et Mel

Étrange de se soigner avec des médicaments qui engendrent des effets secondaires que l’on veut justement soigner?

Au même temps, ils vous offrent un bonus non négligeable une forte dépendance !

On se foutrait pas de nous?!

Les études montrent que le CBD est sans danger en prise régulière. Même si, la tolérance au CBD reste un sujet à analyser, les effets négatifs du CBD sont quasi inexistant.

D’ailleurs quels inconvénients pour le CBD

L’effet majeur négatif qui peut être régulé est la somnolence. Pourquoi vous avez envie de dormir ainsi? Parce que votre dose est trop élevée pour vous.

Laissez du temps à votre corps.

Si vous consommez en prenant petit à petit des doses régulières vous ne ressentirez pas cet effet. D’ailleurs, nous parlons de cette posologie.

Un autre inconvénient

Trouver du CBD? c’est bête mais à l’heure actuelle ce n’est pas si simple de se fournir. Surtout à des prix raisonnable pour une bonne qualité. Même si, des marchés s’ouvrent, cela reste flou ou exclusif à certains pays.

Nous sommes régulièrements contactées:

“Avez vous des produits? “

 » Comment puis soigner ma maladie? »

 » Mon père est malade j’aimerais le soigner? »

 » Je souffre de douleurs chroniques… »

“ Je cherche un petit producteur de qualité dans le coin pour me soigner”

“ Pouvez vous nous aider à trouver de l’huile?”

“ Quels sont vos services? vos produits? “

Comme nous l’avons répété, nous ne vendons rien pour l’instant.

Pourquoi?

Nous n’avons pas le droit mais on voudrait. Nous ne voulons pas jouer sur les mots. Déjà que c’est pas simple de s’y retrouver, si on augmente la confusion du consommateur… Bref, un autre débat.

CBD Quebec Ju et Mel Portrait

On offre nos conseils et on dirige au mieux les personnes qui nous contactent. D’ailleurs, vous pouvez nous contacter ainsi que, sur notre instagram

Sources:farma.health , CBD Quebec Ju et Mel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *