Le cannabis m’aide à profiter de chaque moment avec mes enfants

Mes enfants ont 6 et 3 ans et dorment encore dans mon lit. Quand mon plus vieux avait 9 mois j’ai tout essayé pour qu’il dorme dans son lit, le 5-10-15 et compagnie, je vous dis qu’il en a pleuré un coup, mais ça n’a jamais vraiment marché et avec ma fille non plus. Alors, depuis environ 2 ans, nous dormons à quatre dans le lit (c’est un lit King, une chance!) Au début, je trouvais que ça n’avait pas de bon sens et je me sentais prise et envahie par mes deux enfants et je me souviens que mes dernières pensées avant de m’endormir ressemblaient à : « Jusqu’à quel âge on va faire ça ? en plus je suis en train de m’endormir et il est seulement 20h30, Oh My God ! j’ai donc ben pas de vie !» .

Maman et enfants dormentnt

Crédit image: Fabio Consoli pour npr.org

Ce que le cannabis a changé

Aujourd’hui, je me rends compte que quand j’ai commencé à utiliser du cannabis, ça a changé peu à peu comment je voyais les choses. J’en prends régulièrement pour m’aider à dormir alors c’est justement au moment du couché que je ressens les effets du THC. Au lieu de me plaindre sur mon sort, je m’endort en pensant à comment je vais m’ennuyer de ce moment quand ils vont être grands, comment ils sont si précieux et comment je suis chanceuse de les avoir.

C’est clair qu’avec le travail, la fatigue, le stress, on n’a pas toujours le temps de se rendre compte de notre chance et de tout notre amour pour nos enfants. On n’est juste pas souvent dans un état qui nous fait apprécier tout l’amour que nous ressentons pour nos enfants. Je crois que mon utilisation du cannabis me permet de modifier mon état de conscience. Je suis dans la même situation, mais mon cerveau a complètement décroché de la liste de choses à faire et de comment la société pense que je devrais faire les choses, et s’est connecté à tout l’amour que je ressens pour mes enfants.

Et quand je n’ai pas pris de cannabis ?

Ce qui m’a le plus surprise est que le changement est présent même lorsque je n’ai pas pris de cannabis. Après tous ces moments à réaliser à quel point j’étais chanceuse de dormir à côté de mes enfants et après plusieurs prises de conscience sur comment je suis chanceuse de les avoir, quelque chose à changé quand je n’ai pas pris de cannabis aussi. C’est que j’ai spontanément commencé à leur dire, parfois plusieurs fois par jour, combien je les aime, comment je me trouve chanceuse de les avoir et comment je les trouve merveilleux. Je sais que certaines personnes verbalisent ce genre de sentiment naturellement, mais personnellement, ce n’est pas quelque chose que je faisais tant que ça. C’est le cannabis qui m’a amené à avoir ces pensées et après un bout de temps, comme si mon cerveau avait été modifié, même sans prendre de cannabis, je ressens de plus en plus ce sentiment et je le verbalise. C’est quand même assez incroyable non ?

Tout ça me fait pensé à l’effet des enthéogènes

En relisant mon texte je me rends compte que, même si le cannabis n’est pas normalement classé comme un enthéogène (une substance psychédélique), comme la psilocybine (les champignons magiques), le LSD ou l’Ayahuasca, il y a beaucoup de ressemblances avec ce que vivent les personnes qui font des thérapies accompagnées d’enthéogènes. Mon expérience ressemble beaucoup à ce que la psychiatre de cet article appelle la « déshabituation »; comment on peut avoir un regard neuf sur les choses. Avec tout l’engouement autour des enthéogènes, j’ai bien hâte de voir comment les mères l’utiliseront dans le futur… à suivre !

Est-ce que vous trouvez que le cannabis a un effet psychédélique ? Est-ce que vous profitez plus de vos enfants quand vous prenez du cannabis ? Venez en discuter dans notre groupe sur Facebook. Vous pouvez aussi nous contacter ici si vous avez des questions à propos du cannabis pour la santé et le bien-être des femmes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *