Le cannabis pour le traitement du cancer

***Avertissement*** Cet article ne contient pas de conseils médicaux et vous devriez toujours consulter votre médecin avant de prendre des décisions pour votre santé. Le cannabis ne remplace pas les traitements reconnus efficaces contre le cancer.

Le cannabis pour traiter les symptômes du cancer

Le cannabis est reconnu depuis longtemps par la communauté médicale comme traitement complémentaire au cancer. C’est-à-dire qu’il sert à réduire les symptômes du cancer et les effets secondaires liés à la chimiothérapie ou aux autres traitement médicamenteux. On le prescrit depuis plusieurs années, par exemple pour diminuer les douleurs, les maux de coeur ou la perte d’appétit. Le cannabis est aussi utilisé pour réduire l’anxiété vécue par les personnes atteintes de maladies graves.

Est-ce que le cannabis peut combattre le cancer ?

Docteure Cristina Sánchez, biologiste moléculaire, étudie l’effet du cannabis pour le traitement du cancer depuis plus de 15 ans.
Photo: Luis BNenavides

Pour ce qui est de traiter le cancer avec le cannabis, les données scientifiques sont manquantes pour que les médecins le prescrivent. Plusieurs recherches existent ou sont présentement en cours à travers le monde pour déterminer comment le cannabis réussi à faire diminuer les tumeurs en laboratoire. C’est certain qu’avec la prohibition qui domine toujours à travers le monde, il est très difficile pour les chercheurs de faire des recherches avec une substance illégale.

De plus, chaque individu possède un système endocannabinoïde différent, chaque cancer est différent et chaque sorte de cannabis est différent, alors on s’imagine bien à quel point tout ça doit être complexe à analyser ! La chercheure en biologie moléculaire Cristina Sànchez étudie les effets anti-tumeur des cannabinoïdes depuis plus de 15 ans. Elle a été la première à identifier cet effet et affirme que les résultats sont concluant en études pré-cliniques. Il faudrait maintenant effectuer les études cliniques, avec de vrai personnes et un groupe contrôle pour mesurer l’effet placebo, pour pouvoir confirmer scientifiquement que le cannabis a un effet anti-tumeur significatif.

Comment les patients atteints de cancer utilisent le cannabis pour tenter d’avoir un effet sur leur tumeur.

J’ai lu beaucoup depuis plus d’un an à propos du cannabis pour traiter le cancer dans le but d’informer et d’aider un membre de ma famille qui combat cette maladie. Il faut vraiment être prudentes dans vos recherches, vérifier toujours la crédibilité de la source et même pour une source crédible, je ne me fis jamais à une seule opinion. Je vous partage ces informations avec le plus de références possible pour que vous puissiez juger de la crédibilité des sources. D’ailleurs, vous devriez toujours avoir un suivi avec un professionnel de la santé spécialisé dans le cannabis médical avant d’utiliser le cannabis pour tenter de traiter un cancer. Donc, voici ce que j’ai découvert qui semble faire consensus dans les communautés d’utilisateurs de cannabis.

Le produit qui est utilisé dans les communautés pour son effet anti-tumeur est appelée en anglais RSO (Rick Simpson Oil), donc l’huile Rick Simpson ou FECO (Full Extract Cannabis Oil), donc un extrait de cannabis très pur et qui conserve toutes les parties de la plante, pas seulement les cannabinoïdes. Elle n’est pas disponible dans le marché légal présentement, mais est vendue dans les cliniques comme La Croix Verte à Montréal. Elle se vend par gramme dans une seringue contenant environ 1 ml de cette huile. Selon le cannabis utilisé pour la fabriquer, 1 gramme de cette huile peut contenir entre 600 et 750 mg de THC. C’est une dose énorme qui ne peut pas être prise du jour au lendemain.

On peut prendre l’huile par la bouche ou en suppositoires. Évidemment, il s’agit d’une seringue sans aiguille, c’est simplement la meilleure façon de contenir l’huile pour bien calculer la dose.
Photo: cliniquelacroixverte.com

Comme toujours avec le cannabis, on doit commencer par la plus petite dose possible, et augmenter tranquillement dans le but d’éviter le plus possible, les effets psychoactifs du THC. Par exemple certaines cliniques recommandent de commencer par la grosseur d’un quart de grain de riz pendant 3 jours et augmenter à un demi grain de riz pendant trois jours, après augmenter à un grain de riz etc… Plusieurs personnes se rendent ainsi à une seringue par jour et voient leur tumeur diminuer. Certains ont eu du succès avec moins, mais d’autres n’ont pas réussi avec plus.

Personnellement, j’ai une tolérance très faible, je tolère 2 mg de THC en huile, alors ça serait probablement très pénible de me rendre à une seringue complète, car même avec un quart de grain de riz, je sentirais probablement les effets du THC de façon intense. Il faut donc être extrêmement prudente quand on utilise des produits aussi concentrés. Si une personne n’a jamais pris de cannabis de sa vie, il pourrait être important de faire un test avec une huile moins concentrée pour expérimenter avec les effets du THC.

Dans mes recherches, je n’ai pas parcouru en détails le protocole de Rick Simpson, j’ai plutôt tenté d’aller chercher le plus de sources possibles pour avoir une idée d’un dosage qui fonctionne pour le cancer. Je me suis informé auprès de trois cliniques, deux au Canada et une aux États-Unis. J’ai aussi lu plusieurs témoignages dans le groupe Facebook Cannabis Oil Success Stories. C’est une source d’informations considérable avec ses plus de 176 000 membres provenant de partout dans le monde et qui échangent sur leurs expériences depuis de nombreuses années. Ils ont aussi regroupé plusieurs témoignages sur cette page web.

J’ai compris assez rapidement, qu’il n’y a pas de façon de faire qui fonctionne pour tout le monde, et c’est un fait que ça ne fonctionne pas pour tout le monde. Et parmi les personnes qui affirment avoir connu un succès, il est impossible de faire la preuve que le cannabis a contribué à l’effet anti-tumeur et dans quelle mesure il y aurait contribué. D’ailleurs, il est intéressant de prendre note que plusieurs personnes qui entreprennent une démarche avec le cannabis font aussi de multiples changements dans leur mode de vie, particulièrement dans leur alimentation qui peut parfois changer radicalement. Les gens vont couper le sucre, l’alcool, les produits laitiers, ajouter de multiples produits naturels et traitements alternatifs. Ça devient encore plus difficile de connaître le rôle exact du cannabis dans leur expérience.

Du THC ou du CBD pour le cancer?

J’ai vu beaucoup plus de témoignages de personnes qui ont eu du succès avec le THC, mais il y a une information qui circule que certains types de cancer doivent plutôt être traités avec du CBD et même que le THC pourrait être à éviter pour certains types de cancer. Il ne semble pas y avoir de consensus sur cette information par contre. Voilà pourquoi il est toujours très important d’avoir un suivi avec des professionnels de la santé spécialisés en cannabis médical avant d’utiliser le cannabis lorsqu’on est atteint d’un cancer.

Des preuves anecdotiques

Chico Ryder a été diagnostiqué d’une forme rare et agressive de cancer lorsqu’il avait 10 ans. Il est devenu patient pédiatrique de cannabis médical et son histoire est racontée dans le documentaire Weed the People. Aujourd’hui âgé de 19 ans, il est toujours en rémission.
Photo: blog-cannabis.com

Ce qui est certain, c’est que plusieurs personnes qui ont survécu au cancer affirment que le cannabis a contribué à leur guérison. Cela peut être très impressionnant lorsqu’on écoute ces histoires, mais il faut faire attention, car comme l’affirme le Dr. Vigano dans cet article de Radio-Canada : « Sur Internet, on voit toujours le nombre de patients qui ont obtenu un succès, mais on ne voit jamais le nombre de patients qui n’ont pas eu de succès. On a le numérateur, mais pas le dénominateur ! » C’est en effet à prendre en considération dans votre lecture de cet article, car j’ai tenté de rassemblé ici, plusieurs témoignages de succès qui ont été transmis dans des médias sérieux.

D’abord, dans le documentaire Weed the People, 5 familles d’enfants atteints de cancer sont suivies dans leur espoir de sauver la vie de leur enfant avec le cannabis. Impossible d’écouter ce film sans être particulièrement bouleversée, 3 enfants ont éliminé leur tumeur, un l’a stabilisé et un a perdu son combat.

Cette femme aurait traité un cancer des ovaires qualifié d’incurable par ses médecins, ils lui ont donné 6 semaines à vivre. Elle affirme que c’est l’huile de cannabis qui lui a sauvé la vie. Cette autre femme aurait éliminer son cancer des ovaires avec l’huile de CBD.

Cette femme aurait réduit du deux tiers sa tumeur au sein en cinq semaines avec de l’huile de CBD. Cette autre femme aurait éliminé son cancer du sein en 4 mois, aussi avec l’huile de CBD.

Cet homme aurait éliminé son cancer du foie avec de l’huile de cannabis.

Cet homme affirme avoir traité son cancer de l’anus avec de l’huile de cannabis.

Comment prendre l’huile RSO en suppositoires.

Suppositoires des cannabis.
Photo: strainprint.ca/

En aidant le membre de ma famille atteint du cancer, j’ai lu beaucoup sur l’administration rectale du cannabis. Je savais que c’était un mode d’utilisation qui provoquait peu ou pas d’effets psychoactifs, donc que c’était parfait pour prendre de grandes doses. Par contre, en fouillant un peu plus, je me suis aperçue qu’il n’y avait pas de consensus quant à la biodisponibilité du cannabis par voie rectale. J’ai trouvé des sources fiables qui affirment que le cannabis est absorbée de façon efficace par voie rectale, mais plusieurs recherches disponibles affirment que non.

Pour fabriquer des suppositoire avec l’huile RSO les personnes font fondre de l’huile de coco ou du beure de cacao et le mélangent avec l’huile de cannabis. On met le tout dans des moules à suppositoires et au frigo pour que le suppositoire ne soit pas trop mou. Comme avec tous les suppositoires, il faut être très prudente lors de l’insertion pour ne pas grafigner le rectum et risquer de causer une infection. On doit aussi adopter des mesures d’hygiènes lors de leur fabrication en désinfectant notre espace de travail et en se lavant les mains.

De l’espoir et des certitudes

Pour avoir déjà perdu un ami des suites d’un cancer, je sais bien comment cette maladie peut être cruelle et dévastatrice. Mais, l’espoir qu’apporte le cannabis est bien réel et ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas le fonctionnement ou qu’on ne connait pas l’efficacité qu’il ne faut pas s’y intéresser. Et en effet, de plus en plus de chercheurs et de professionnels de la santé s’y intéressent et certains ont même la certitude que le cannabis sera un jour un traitement accepté contre le cancer.

Le médecin ontarien Dr. Mike Hart affirme que : « […] plusieurs preuves anecdotiques démontrent que le cannabis serait efficace pour traiter non seulement les symptômes du cancer, mais le cancer lui-même. […] Avec plus de preuves anecdotiques, de recherches et de temps, le cannabis deviendra un traitement accepté contre le cancer. »

Poursuivez la conversation avec nous dans le groupe Des fleurs ma chère dans Facebook !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *