Les terpènes et le cannabis

Les terpènes sont de plus en plus connus chez les utilisatrices de cannabis. Ce sont les composantes aromatiques que l’on retrouve dans les plantes, les arbres, les herbes, les fruits, les fleurs, les épices, bref, dans le monde végétal. Par contre, moins de personnes savent que les champignons, les microbes et les bactéries émettent aussi des terpènes pour communiquer les uns avec les autres. En effet, les bactéries peuvent communiquer avec les champignons et vice-versa, grâce au terpènes. On retrouve même des terpènes dans les hormones et les phéromones que sécrètent plusieurs insectes et animaux, quand même assez incroyable non? Quand on additionne tous ces différents terpènes, on en compte plus de 30 000 dans la nature.

Dans le monde végétal, les terpènes sont développées principalement pour éloigner les prédateurs et attirer les polinisateurs. Mais ce n’est pas tout, les plantes les produisent aussi pour se défendre contre les infections, se protéger du soleil (comme de la crème solaire oui oui!) et même pour contribuer à la formation de nuages dans le ciel. En effet, les terpènes émis par la végétations sont des composés organiques volatiles, ils se propagent dans l’air et se joignent à d’autres molécules aérosols pour atteindre la haute atmosphère et contribuer à la sursaturation qui permet la formation des nuages. Ainsi, il est fascinant de constater que grâce aux terpènes, les plantes arrivent à contrôler leur environnement au point de contribuer à faire augmenter la quantité de nuages et ainsi augmenter les chances de précipitations pour finalement obtenir plus d’eau. Les plantes se servent des terpènes pour contrôler leur environnement, alors en modifiant l’environnement des plantes, on peut aussi contrôler la production de terpènes par celles-ci. C’est pourquoi les cultivateurs de cannabis ont différentes techniques pour modifier l’environnement et le climat dans lesquels poussent les plantes pour influencer le développement des terpènes.

Les terpènes dans le cannabis

Photo: blog.seedsman.com/

Les fleurs de cannabis sont très aromatiques et donc très concentrées en terpènes, c’est pourquoi on associe souvent les terpènes au cannabis. On reconnaît de plus en plus les terpènes comme étant responsables des effets énergisants ou relaxants lorsqu’on utilise le cannabis. En effet, la SQDC et plusieurs producteurs autorisés classent toujours le cannabis en 3 catégories selon le type de génétique de la plante. Indica pour un effet plus relaxant, sativa pour un effet plus énergisant et hybride qui est un mélange des deux. Cependant, il fait de plus en plus consensus que c’est plutôt le mélange unique de terpènes de chaque variété de cannabis qui procure son effet unique.

La contribution des terpènes aux bienfaits thérapeutiques du cannabis est aussi de plus en plus reconnue, même s’il manque encore de données scientifiques sur le sujet. Leurs effets analgésique, anti-inflammatoire, anti-bactérien, anxiolytique, immunostimulant, bronchodilatateur et bien d’autres, combinés aux bienfaits des cannabinoïdes comme le THC ou le CBD, offrent au cannabis le potentiel thérapeutique qu’on lui connait. C’est aussi ce qu’on appelle « l’effet d’entourage », c’est-à-dire que ce n’est pas telle molécule isolée qui permet d’obtenir tel effet. C’est la combinaison des différentes molécules qui crée une synergie pour permettre un effet encore plus efficace. Par exemple, selon cette théorie, l’effet anti-inflammatoire du CBD deviendra encore plus puissant lorsque combiné à l’effet anti-inflammatoire du caryophyllène et vice-versa. Donc avec l’effet d’entourage, 1+1 ne donne pas 2, 1+1 donne 3.

Comment prédire les effets

C’était tellement plus simple d’avoir simplement 3 catégories de variétés de cannabis; indica, sativa et hybride pour prédire les effets. Ça ne veut pas dire non plus que ces catégories ne nous informent en rien sur les effets. Il est tout à fait possible que les variétés à dominance sativa produisent des terpènes plus stimulantes et que celles à dominance indica produisent des terpènes plus relaxantes. Mais il reste que la meilleure façon de prédire l’effet d’une variété de cannabis, est d’observer quels sont les terpènes dominants d’une variété.

Rien pour simplifier les choses, on retrouve plus d’une centaine de terpènes différents dans la plante du cannabis. On doit donc rechercher quels sont les effets reconnus pour chaque terpènes lorsque nous sommes à la recherche d’un certain effet. Par exemple, si je recherche l’effet sédatif du myrcène, je pourrais essayer la variété Blue Dream qui contient une grande quantité de myrcène. Pour plus de précision, on peut aussi y aller par essai-erreur, en prenant des notes sur les effets ressentis et les principaux terpènes contenus dans la variété utilisé. Tout en considérant le pourcentage de cannabinoïdes. On accumule ainsi les données qui nous aideront à pouvoir associer un effet ressenti avec un terpène. C’est un processus assez long et compliqué, surtout que la plupart des producteurs autorisés ne révèlent pas la quantité exact de terp« enes retrouvée dans leurs produits. On connaît seulement quels sont les terpènes dominants. Souvent, il n’y a même aucune information à propos des terpènes.

Par ailleurs, il est important de savoir que certains processus pour faire de l’huile de cannabis ne permet pas de conserver les terpènes. Encore une fois, il est très difficile de savoir quels producteurs offrent des huiles avec ou sans terpènes (sauf pour les personnes qui lisent ce blogue évidemment que je vous ai trouvé l’information!)

Les terpènes les plus communs dans le cannabis

Le myrcène

Le myrcène est le terpène le plus commun dans le cannabis commercial d’aujourd’hui. On le retrouve aussi dans le thym, les mangues et la citronnelle. Son arôme est terreux et végétal et rappel la cardamome et le clou de girofle. Il offrirait un effet calmant et sédatif.

Le limonène

Le limonène se retrouve aussi dans les zestes d’agrumes, le romarin et la menthe poivrée, son arôme est citronné. Il offrirait un effet anxiolytique et de bonne humeur.

Le caryophyllène

Le caryophyllène se retrouve aussi dans le poivre noir, le clou de girofle et la cannelle. Son arôme est poivrée, épicée et boisée. C’est le seul terpène qui agit aussi comme un cannabinoïde. En effet, il peut activer le système endocannabinoïde et offrirait un effet anti-inflammatoire et anxiolytique.

Le terpinolène

On retrouve le terpinolène comme terpène dominant dans environ 10% des variétés de cannabis. On le retrouve aussi dans la noix de muscade, l’arbre à thé, les conifères, les pommes, le cumin et les lilas. Son arôme est floral et végétal et rappel le pin. Il offrirait un effet énergisant.

Le pinène

Le Pinène est le terpène le plus commun retrouvé dans la nature. On le trouve aussi dans les aiguilles du pin, dans le romarin, et le basilic, son arôme rappel le pin. Il offrirait un effet d’alerte, une amélioration de la mémoire et annulerait certains effets du THC.

L’humulène

On retrouve aussi l’humulène dans le houblon et dans le bois. Son arôme est végétal, terreux et boisé et rappel le houblon. Il offrirait un effet anti-inflammatoire.

L’ocimène

L’ocimène est souvent utilisée dans les parfums pour son arôme agréable sucré, terreux boisée et citronné. On le retrouve aussi dans la menthe, le persil, le basilic les mangues, le poivre et les orchidées. Il offrirait un effet antiviral, antifongique, antiseptique, décongestionnant et antibactérien.

Le linalol

On retrouve le linalol dans la lavande et l’écorce de bouleau, son arôme est floral. Il offrirait un effet de bonne humeur tout en étant sédatif.

Source: leafly.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *